« Prévention, sécurité, accessibilité, autant de domaines qui concernent tous nos citoyens et dans lesquels la Collectivité s’est fortement engagée.
Dans cette optique, la mise en œuvre de structures adaptées et de plans d’intervention dédiés (commission sécurité-prévention, commission communale d’accessibilité, plan communal de sauvegarde, CHSCT…) adossés à une véritable politique de sécurité et de prévention témoignent des bonnes pratiques à l’échelle locale. »
Patrice POT, Adjoint au Maire en charge de la Sécurité et de la Prévention

Prévention

On entend par « prévention » l’ensemble des actes ou des mesures mis en œuvre pour réduire l’apparition des risques.

De nombreux domaines concernés (les principaux) :

  • Sécurité au travail (risques professionnels)
  • Sécurité routière (vitesse, alcoolémie, pratiques addictives…)
  • Sécurité publique (vols, cambriolages, agressions, cybercriminalité, faux démarchages, risques terroristes, radicalisation…)
  • Sécurité contre les risques majeurs (naturels ou technologiques)
  • Sécurité incendie (territoire communal, ERP…)

Des mesures préventives proposées (liste non exhaustive) :

  • Contre les risques professionnels : des agents chargés de prévention clairement identifiés, un Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) réuni 2 fois par an.
  • Contre les dangers de la route : aménagement et sécurisation de la voirie communale, campagnes de sensibilisation, présence régulière d’un ASVP sur la voie publique, un correspondant élu sécurité routière, journée APER (Attestation de Première Education à la Route).
  • Contre les atteintes aux personnes et aux biens : une commission sécurité-prévention, un élu référent, des opérations et campagnes de prévention (opération « tranquillité vacances », mesures anti-cambriolages…)
  • Contre les risques majeurs naturels et technologiques : agent et élu d’astreinte, système d’alerte, plan communal de sauvegarde (PCS) et cellule de crise.
  • Contre les risques d’incendie : plan communal de lutte, couverture générale du territoire en hydrants (bornes, poteaux, bâches incendie), exercices réguliers dans les ERP (écoles, mairie…), présence de SSIAP (pour certaines manifestations).

 

Sécurité

Le rôle du Maire :
Responsable de l’animation sur le territoire de sa commune, de la politique de prévention de la délinquance et de sa mise œuvre, il dispose des pouvoirs de police générale pour assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publique ; il est officier de police judiciaire et d’état civil et exerce ses prérogatives sous contrôle du Procureur de la République.

Il s’appuie pour cela :

  • Sur la Communauté de brigades (COB) : brigades de gendarmerie d’Aixe-sur-Vienne et de Nieul
  • Un élu référent (l’adjoint Sécurité-Prévention)
  • Un ou deux Agents de Surveillance de la Voie Publique (ASVP)
  • Les services institutionnels du département

Et en perspectives, sur les dispositifs et mesures complémentaires en matière de prévention de la délinquance :

  • Un dispositif de vidéo protection, outil complémentaire aux actions et procédures existantes
  • Un dispositif « participation citoyenne » (voisins vigilants) expérimenté sur un ou deux quartiers de la commune de manière à prévenir principalement les atteintes aux biens
  • Un Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) : cadre de concertation sur les priorités de lutte contre l’insécurité et la prévention de la délinquance, composé d’élus et d’organismes publics et privés concernés

 

Accessibilité

Facteur essentiel d’intégration sociale et professionnelle des personnes en situation de handicap, l’accessibilité est également un domaine où la commune s’est fortement engagée depuis plusieurs années :

  • Création d’une Commission Communale pour l’Accessibilité des Personnes Handicapées (CCAPH) composée, sous l’autorité du Maire, de Conseillers Municipaux et de représentants d’associations, laquelle après avoir inventorié l’offre de logements accessibles aux personnes handicapées et dressé le constat de l’accessibilité du bâti existant, de la voirie, des espaces publics et des transports, fait toutes propositions utiles pour améliorer la mise en accessibilité.
  • Un Agenda d’Accessibilité Programmé (Ad’AP) élaboré et validé par l’autorité préfectorale, actuellement en cours de réalisation.

A ce titre, ce sont 20 Etablissements Recevant du Public concernés (écoles, gymnase, piscine, salles de réunion…) et près de 500 000 euros d’investissement sur six ans.

  • Un Plan de mise en Accessibilité de la Voie et des Espaces publics (PAVE) également mis en œuvre afin de dresser un état des lieux de toutes les voies et espaces publics avant de les rendre accessibles aux personnes handicapées ou à mobilité réduite. Passages piétons, bordures d’axes, équipements de signalisation… autant d’infrastructures et d’équipements qui feront l’objet d’investissements lors de travaux de réfection de voiries.

 

Risques majeurs

Des évènements majeurs (phénomènes climatiques hors-normes, accidents de toutes natures, problèmes sanitaires…) conduisent la Collectivité à disposer de mesures préventives appropriées, et sous le signe de l’urgence, à prendre des mesures spécifiques adaptées contre :

Les risques naturels :

  • Les risques d’inondation : cartographie répertoriant les zones exposées, Plan de Prévention du Risque d’Inondation (PPRI), dispositif d’alerte des populations extrait du plan départemental de diffusion des crues de la Vienne, adhésion de la commune au système d’avertissement aux pluies intenses.
  • Les risques de chutes de neige : intervention sur les réseaux routiers (DIRCO sur RN21, Conseil Départemental sur RD 32, RD 10 et RD 21, services techniques municipaux sur les voies communales et accès aux lotissements), mobilisation gendarmerie, ouverture éventuelle des centres d’hébergement.
  • Le risque de tempête : procédure « vigilance météo » (recense les dangers potentiels et les comportements à adopter), réquisition des services municipaux.


Le risque sanitaire :

  • Procédure adaptée à chaque situation (canicule, épidémie de grippe aviaires ou autre…) mobilisation de tous, connaissance des ressources médicales locales, inventaires centre d’hébergement.

Les risques technologiques :

  • Risques nucléaires : mise en œuvre du plan départemental de gestion et de distribution des comprimés d’iode à la population par les services de la commune.
  • Rupture de barrage : mesure de surveillance permanente des barrages, information préventive des habitants, Plan Particulier d’Intervention (PPI), mobilisation des services communaux (alerte de la population, évacuation vers les centres d’hébergement).
  • Accident de transport de matières dangereuses : alerte de la population et mesures à adopter par l’intervention des services municipaux.

 

Dans tous les cas :

  • Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS) est activé (dispositif précisant l’organisation communale pour, à la fois diffuser l’alerte, l’information, la protection et le secours à la population).
  • La Cellule de Crise Communale (CCC) est installée (sous l’autorité du Maire et composée d’élus et d’agents municipaux, elle informe la population et coordonne les moyens communaux engagés).


Pour toutes informations :

Le document d’Information Communal sur les risques Majeurs (DICRIM), élaboré par la municipalité et destiné à la population, est disponible en Mairie et consultable sur le site internet.