Venue de Raymond PoincaréAixe-la-Jolie, c’est ainsi que le Président Raymond Poincaré, de passage dans la ville en 1913, a nommé Aixe-sur-Vienne.

La ville s’est développée entre deux implantations anciennes : 

  • d’une part, à l’est, la présence d’un site naturel facile à aménager en point de défense : un rocher à gué, protégé sur deux côtés par la Vienne et l’Aixette. 
  • d’autre part, à 2 km environ à l’ouest, un carrefour situé sur deux itinéraires anciens près duquel s’est fixée très tôt une population.

C’est là que, vers le VIème ou VIIème siècle, s’est implantée la première paroisse de Tarn. 

De la période gallo-romaine, on ne connaît la ville qu’au travers de légendes. 

En 632, il est fait mention de la seigneurie d’Aixe à propos de la création de l’abbaye de Solignac. 

En 982, Bernard de Comborn, abbé de Solignac, vient à Aixe pour y faire construire des chapelles.